Pour une démocratie locale ouverte

Depuis des années la fracture entre le peuple et la représentation politique s’aggrave. Face aux grands défis démocratiques, écologiques, économiques, sociaux qui nous font face, nous sommes convaincus qu’il est possible de changer de direction. Mais rien ne se fera sans l’implication active des citoyens. Il est urgent de repenser l’exercice de la démocratie locale. Les Isséens possèdent une expertise réelle de la vie dans l’agglomération isséenne, et sont parfaitement à même d’exprimer leurs attentes et d’imaginer des solutions pertinentes et adaptées au territoire dans tous ces domaines. Plutôt que de soumettre des listes et des programmes tout faits aux citoyens, la priorité est de créer toutes les conditions d’ouverture, de consultation et de participation les plus larges possibles, pour construire ensemble l’action municipale au cours des 6 années de mandat.

La municipalité actuelle a fait des tout petits pas en direction de la démocratie participative mais n’arrive pas à réellement donner le pouvoir aux habitants

La municipalité actuelle se vante régulièrement de son action en matière de démocratie participative, mais qu’en est-il réellement ? Passons en revue les briques mises en place
  • Les concertations publiques : un simulacre ! Notre liste inclut de nombreuses personnes actives dans le monde associatif sur la ville : elle savent toutes très bien que les contributions retenues à l’issue des concertations sont toujours celles qui vont dans le sens de la mairie !

  • Les applications SoNet ou TellMyCity : ces applis permettent aux habitants de remonter des dysfonctionnements dans l’espace public. Elles permettent d’améliorer l’efficacité des services publics mais ne sont pas des outils de démocratie participative. Les contributions des autres utilisateurs sont masquées et ne permettent pas aux habitant de se structurer autour de préoccupations communes. Diviser pour mieux régner, une spécialité de la municipalité sortante !

  • Les budgets participatifs : trois fois oui, mais un terrible manque d’ambition dans l’exécution. Mentionnés en tout petit une fois par an dans le Point d’appui, ces budgets recueillent peu de contributions. Aucune animation à grande échelle n’est accolée à ces budgets.

Très clairement, la démocratie participative n’existe pas encore à Issy-les-Moulineaux. Le manque d’écoute de la municipalité actuelle nous est très fréquemment reportée par des citoyens ou des acteurs du monde associatif. Il est pourtant possible de faire autrement :pour cela les élus politiques doivent accepter de donner un réel pouvoir aux citoyens.

Le temps de la coopération doit remplacer celui de la compétition partisane déconnectée de la vie des citoyens.

L’intelligence collective doit remplacer les accords traditionnels, ceux-là même qui amènent depuis des années une partie des citoyens à l’abstention ou au désintérêt. De ce processus de construction peut naître l’enthousiasme et l’adhésion à un projet au plus près des besoins de la population. Bien sûr, il ne s’agit pas de consulter les citoyens à chaque étape de la gestion quotidienne d’une ville. Cette gestion sérieuse est assurée par les élu.e.s qui prennent au quotidien toutes les décisions à même d’assurer un fonctionnement fluide des services municipaux. Par contre, lorsqu’il s’agit d’engager des projets de transformation de la ville, alors les citoyens doivent être embarqués dans un processus leur permettant d’aboutir à la meilleure solution commune. Notre ambition est de commencer à mettre en place des structures participatives afin que les habitants puissent faire de la mairie leur maison commune. La démocratie participative structurera l’ensemble du programme puisqu’on ne proposera plus un « catalogue » de mesures mais plutôt des ambitions de transformation de la ville. Le contenu sera construit avec les isséens. Nous ne venons bien sur pas les mains vides, comme tout un chacun nous avons des avis sur ce que devrait être la politique de la ville. Vous pouvez retrouver nos idées dans la section Programme de ce site.

3 commentaires

  1. Chacun devrait etre libre de rejoindre des conseils de quartiers indépendants. Et la mairie devrait donner les moyens de leur libre exercice, (salles, communication…). Pourquoi pas inventer une nouvelle commission? la commission des quartiers qui réunirait les représentants de chaque conseils de quartier et des membres du conseil municipal pour faire remonter les besoins et remarques des citoyens.

    J'aime

  2. Quand je lis le « point d’appui » j’ai vraiment l’impression de lire l’organe de propagande de la mairie, avec sa collection de photos du maire dans toutes ses activités. Le tout est fortement indigeste et peu informatif. Pourquoi ne pas faire plus court, présenter les enjeux des transformations de la ville, les projet en cours, les appels à consultation, les relais dans les conseils de quartiers, ouvrir les pages au milieu associatif?

    J'aime

  3. Pourquoi est il si difficile de se réunir dans cette ville alors qu’il y a de nombreux sites? Il existe bien une offre privée (hotels…) mais elle est souvent hors de prix pour les associations et collectifs. La mairie pourrait ouvrir ces sites à la réservation de créneaux. Elle pourrait éventuellement demander une participation pour couvrir les frais de ménage et l’éclairage.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s